Étiquette : Svalbard Page 1 of 3

Svalbard

Svalbard, 30 Août. Longyearbyen/ Contamine-Sarzin.

Nous sommes arrivés dans la nuit à Longyearbyen. Nous déjeunons comme chaque matin mais sans enthousiasme. Le temps est gris comme le moral.

Comme pour l’aller tout est très bien organisé. Nos bagages sont pris en charge, par l’équipage et sont directement envoyés à l’aéroport.

Nous profitons du temps qu’il nous reste pour faire un dernier petit tour en ville et remplir nos poumons de l’air arctique.

Nous prenons nos différents vols et regagnons Paris en fin de soirée. Nous faisons nos adieux à nos compagnons de voyage. De belles rencontres qui resterons dans nos esprits !

Nous avons quitté le Svalbard à regret mais nous garderons tant de souvenirs !

Home Sweet Home. Retrouver nos familles, nos loulous et nos amis met du baume au cœur 🙂

Point le plus au nord: 81°11.06‘ N 020°54.16‘ E

En conclusion :

En résumé, nous avons aimé les paysages, la rencontre avec les animaux de l’arctique ainsi que les relations tissées avec certains voyageurs. Un rêve s’est réalisé.

Notre seule déception vient du manque de respect de nombre de passagers vis à vis de ce qui les entoure. Loin de nous l’idée de donner des leçons, il est possible que nous ayons aussi fait des erreurs. Nous avons juste pu comparer les comportements demandés sur les documents de voyage (et dont les termes ont été réitérés sur le bateaux) avec ceux constatés sur le terrain et nous rendre compte que malgré les efforts d’Ocean Wide le compte n’y est pas en ce qui concerne le respect des consignes.

Certes il n’y a pas eu de saccage à proprement parler, mais il faut multiplier les atteintes même faibles, faites par exemple à une flore fragile ou encore aux vestiges, par un nombre croissant de passagers des bateaux dits « d’exploration » pour imaginer l’impact sur les endroits visités.

Cet écosystème arctique riche et fragile doit être au cœur des protections.

Une législation un peu plus restrictive semble avoir été mise en œuvre à propos du format et des carburants des bateaux navigant autour du Svalbard. Reste à savoir quelle sera son efficacité réelle et si les voyagistes ne réussirons pas à contourner l’obstacle.

Il est saisissant de voir le niveau de pollution sur l’archipel. En plus des problèmes dus à la présence humaine et au tourisme de masse, les courants marins ramènent parfois de fort loin bon nombre de déchets sur les plages du Svalbard.

La surconsommation, l’exploitation des ressources, le tourismes de masse, le manque de conscience écologique, le mauvais traitement des déchets, le changement climatique… autant de facteurs qui, si nous ne réagissons pas assez vite, vont conduire au déclin de la vie sauvage dans l’arctique. Ce lieux si unique, magique et indispensable à la survie entière de notre planète risque bien de vivre ses dernières années.

Aimer c’est protéger et non saccager.

Retournerons dans l’arctique ? Bien entendu l’envie est là !

Nous rêvons de retrouver les régions polaires au Nord comme au Sud mais nous nous interrogeons sur la question de notre présence sous ces latitudes.

Pourrons nous un jour y voyager dans de réelles condition éthiques et responsables ? La question est posée.

Mots de la Petit Crapiotte

Un grand merci tout particulier à mes parents: Merci d’avoir fait naître en moi ce rêve de rencontrer le roi de l’arctique. Merci de m’avoir soutenue dans ce projet, d’avoir écouté mes envies, mes dilemmes, mes craintes. Merci pour tous ces voyages ensemble, passés et à venir.

Sans vous rien de tout cela n’aurait été possible et je vous aime.

Merci au Petit Crapio, d’avoir été là et d’avoir découvert cette contrée avec moi.

Merci également à tous mes amis qui eux aussi ont subi mes blablas incessants, qui également ont remplis  ma cagnotte et ont été présents.

Un voyage à plus de saveur lorsqu’on le partage avec ceux que l’on aime.

Svalbard, 29 Août. Bamsebu et Camp Millar, Bellsund

* Position: 77°33.2‘ N, 015°0 7.7‘

7h00…. Nous vous laissons deviner…

Ce matin nous débarquons dans le Bellsund. Notre première sortie se déroule à Bamsebu (Ahlstrandhalvøya).

Lors du briefing, les guides nous annoncent que la marche sera considérablement réduite en raison des sols peu favorables à la randonnée suite aux importantes pluies de la veille. Crapiotte est ravie, de un ça sera une petite ballade et de deux cela fera moins de toundra sauvagement piétinée.

Bamsebu est connu pour son industrie de chasse au beluga. Ce triste passé est encore bien présent sur l’île. En raison du climat froid, les reliques de l’industrie baleinière sont bien conservées et des tas d’ossements jonchent la plage.

 

Lors de notre randonné nous croisons plusieurs rênnes que nous prenons plaisir à observer.

Ici, le sol est riche. Mousses et fleurs ornent le sol. Nous nous efforçons de les éviter, ce que négligent certains.

Lors d’un précédent voyage au-delà du cercle polaire nous avions fait un détour par la ville d’Alta afin d’y découvrir des gravures rupestres. Celles-ci se trouvaient en plein air, sur des roches au milieu de la végétation. Nous avions été très marqués par les panneaux concernant la préservation de l’environnent. Le climat nordique s’avère rude envers la vie, qu’elle soit animale ou végétale. Un des messages de sensibilisation mettait l’accent sur les sols, particulièrement vulnérables et fragiles. Certaines petites plantes, qui paraissent insignifiantes pour les incultes que nous sommes, poussent sur des générations et des générations. Cette sensibilisation encore bien présente dans nos esprits nous a poussé à être particulièrement vigilants.

L’après midi réalisons notre dernier débarquement : Camp Millar. Le cœur se fait un peu lourd et nous ne voulons rien perdre de ces deniers instants.

Pour cette sortie nous voulons traînasser et nous imprégner pleinement de l’ambiance. Nous choisissons donc le groupe de marche photographique. Nous débutons par faire quelques mètres dans la toundra puis rapidement nous remarquons des renards arctiques au loin.

Ils captent toute notre attention et nous nous rapprochons progressivement.

Le guide nous explique qu’il s’agit principalement de jeunes renards, probablement de l’année. Ils nous offrent un superbe spectacle.

Ne prêtant que très peu d’intérêt à notre présence, ils vivent leur vie de renard ! L’un d’eux a même pris le temps d’enterrer sa nourriture près de nous !

Camouflage… ou est Charlie?

 

Pour finir ce voyage, l’équipage à organisé une baignade dans l’océan arctique. Étant plutôt contre ce genre de pratique nous avons assisté à la scène, perplexes…

Le retour en zodiac est difficile. Le vent se lève et la mer s’anime. Le zodiac remue beaucoup. Après quelques minutes de stress nous nous décontractons et apprécions les sensations fortes que cela procure…même si à force de se faire taper le derrière nous nous retrouvons avec le coccyx entre les amygdales !

De retour sur le navire nous refaisons nos sac…Bouhouuu puis ramenons nos bottes et nos gilets de sauvetage. Cette fois le périple prend fin.


Galerie (cliquez pour agrandir):

Svalbard, 28 Août. Burgerbukta et Gåshamna, Hornsund.

* Position 0800: 77°04.0‘ N, 015°50.7‘ E

Levé 7h30. “Gooooood mornnninnng everybody, il fait un temps dégueulasse pourri alors ce matin prenez votre temps… mais je vous réveille quand même et toc”

Nous arrivons donc au matin dans la baie de Hondsuundeet.

Le mauvais temps est complet, il pleut et des bancs de brouillard enveloppent les montagnes environnantes. Un glacier de taille imposante se dessine au loin.

Malgré ce temps maussade nous visitons la baie en zodiac. Le zodiac longe les falaises. Un incroyable spectacle fait de multiples nuances de couleurs s’offre à nos yeux. La roche est parfois noire, parfois brune. Le fer présent dans la roche laisse apercevoir des traces rouges le long des rochers. Nous sillonnons la baie en nous faufilant entre les morceaux de glaces (dits bourguignons ). Notre promenade est accompagnée par le crépitement des bulles d’air qui se libèrent des glaces.

Nous croisons de nombreuses espèces d’oiseaux ainsi qu’un phoque. Le guide prélève ensuite un petit échantillon de zooplancton afin que nous puissions observer le krill.

Pour finir la matinée nous nous rapprochons du front du glacier. Malgré la grisaille qui nous entoure il arbore une impressionnante couleur bleue. Nous nous rapprochons avec précaution, tout en recevant des messages du pont du navire nous rappelant que la plus grande prudence est requise.

Nous réalisons rapidement pourquoi. En un instant nous entendons un grondement sourd. Un imposant morceau de glacier s’effondre alors dans les eaux du fjord. C’est ensuite tout le front avant qui cède. Un bruit assourdissant. La glace s’effondre, provoquant des vagues et des éclaboussures. Un gros morceaux de glace remonte à la surface, faisant ainsi émerger des poissons pour le plus grand plaisir des oiseaux.

Ce spectacle, aussi magnifique et impressionnant soit-il met clairement en évidence les conséquences du changement climatique (selon nos guides, car ces effondrements sont de plus en plus fréquents et conséquents). Le volume de glace qui est tombé pendant notre présence est aussi stupéfiant qu’effrayant.

L’après midi nous allons dans le sud voir des restes d’habitation Pomor (colons russes présents pour la chasse à la baleine) et un cimetière de baleines.

Enfin le mot cimetière est quelque peu mal choisi car en fait les chasseurs de baleine se servaient de cette baie pour dépecer les bêtes et faire bouillir leur graisse.

La météo défavorable ne fait qu’accentuer le côté lugubre du lieu. Le sol est couvert de pierres décomposées, ancien monts réduit en petit morceaux de pierre. La balade dure environ une heure et demie, sous la pluie.

Une fois de retour au chaud sur la bateau nous nous préparons pour un BBQ organisé par le service hôtelier. Le temps maussade nous force à manger à l’intérieur mais cela ne freine en rien l’appétit des troupes ! Pour savourer ce moment le navire a stoppé sa navigation au bout de la baie. Baie entourée de 8 splendides glaciers et de 25km de front de glace.

Un panoramique sans pareil pour terminer une journée bien remplie.

Bonne nuit 😉


Galerie (cliquez pour agrandir):

Svalbard, 27 Août. Sundneset et Kapp Lee.

* position : 78°11.4‘ N, 021°07.6‘ E

Lever 07h00. “ Gooooooood morning ladys and gentlmenssss”

Nous naviguons dans le canal de Freemansund entre Barentsøya et Edgeøya.

Il était prévu que nous débarquions à Sundneset et au Kapp Lee mais la présence d’ours trop nombreux présente un trop grand danger pour notre sécurité. Ce matin nous pourrons en effet observer 5 ours. Les ours sont souvent présents dans cette zone selon les guides. Loin de la banquise, il leur est alors difficile de se nourrir convenablement. Ils deviennent alors opportunistes et se nourrissent de ce qu’ils trouvent afin d’essayer de survivre. Nous avons vu un ours contraint de se contenter de mousse.

Le navire continue donc sa route vers Storfjorden où nous allons à la rencontre des baleines.

Elles sont très présentes dans ce secteur. Nous observons principalement des rorquals communs (Fine whale) mais aussi des baleines de Minke (Minke whale) puis des baleines à bosses (Humpback whale)!

Plusieurs groupes de dauphins sont venus compléter ce tableau pour nous offrir un incroyable spectacle! En fin de soirée un groupe de dauphins à bec blanc est venu jouer le long du bateau, si près que nous avons pu entendre leurs cris lorsqu’ils communiquent entre eux ! Totalement incroyable !

Peu à peu le navire entre dans un brouillard dense qui donne le signal de notre mise au dodo.


Galerie (cliquez pour agrandir):

Svalbard, 26 Août. Torellneset et Vibebukta.

* Position : 79°22.3‘ N, 020°04.1‘ E

Lever 07h00. “ Ça devient du sadismeeeuh”

Nous continuons vers le sud du détroit, pour débarquer à Torellneset.

C’est un désert polaire de la côte Est de Nordaustland. Le Nordaustland est à 80 % composé de calottes glacière.

Une fois encore, nous seront tout de suite accueillis par un groupe de morses venu nous saluer.

Comme lors des débarquements précédents nous remarquons une grande diversité de sols. Nous parcourons entre 7 et 8 km dans cette immensité aux multiples aspects : roches, mer, glaciers.

En fin de promenade nous nous rapprochons d’un groupe de morses se prélassant sur la plage. Une fois encore seuls les mâles sont présents, tous d’âges bien différents. Nous avons pu les observer se griller la pilule en groupe. Ils forment un rassemblement très fermé, ils sont le plus proche possible les uns des autres, conservant ainsi un maximum de chaleur.

 

Pour cet après-midi le plan initial était de débarquer à Vibebukta, le long du glacier Bråsvellbreen. Mais au cours de notre approche nous constatons que la mer est remplie de blocs de glace, conséquence des températures trop chaudes durant l’été provoquant ainsi des effondrements massifs du glacier.

Une grosse colonie de morses est présente. Il sont omniprésents aussi bien sur la glace que dans l’eau.

Petite dédicace à Señuo 😉

Les guides expliquent que plutôt que débarquer à terre nous allons prendre les zodiacs et naviguer au milieu des blocs de glace.

Lors de cette sortie nous sommes montés à bord en compagnie d’un groupe de 3 françaises rencontrées auparavant (si vous nous lisez, merci à toutes pour ce formidable moment avec vous!). Nous voilà donc au milieu des icebergs et des morses. C’est un moment envoûtant. Un gros bloc de glace s’est retourné à proximité du bateau, offrant ainsi un spectacle des plus impressionnant.

Nous avons passé la soirée le long des falaises du glacier Bråsvellbreen, et de la calotte glacière d’Austfonna, baignées par les lumières caractéristiques des hautes latitudes du nord.

L’ Austfonna recouvre la partie orientale de Nordaustland . Sa superficie est de 8 492 km², ce qui en fait la plus grande calotte glaciaire de toute l’Europe. Son épaississeur est de 560 mètres et son altitude maximale est de 700 mètres. Sont front glaciaire quant à lui mesure 180 kilomètres de long.

Lors de la fonte des glaces, l’eau ruisselante forme des bédières qui une fois arrivées sur le front glaciaire forment des cascades. Nous avons pu longuement observer ces cascades mais malheureusement n’avons pas réussi à en saisir la magie en photo.

Un moment fort du voyage !


Galerie (cliquez pour agrandir):

Page 1 of 3

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén