Une fois de plus les paysages se métamorphosent au fil des kilomètres. La forêt humide reprend peu à peu ses droits.

– Aras au restaurant Mi Finca:

Un de mes rêve en venant au Costa Rica était d’avoir la chance d’apercevoir des aras. Grande passionnée des perroquets, quoi de plus idyllique que de les découvrir dans leur milieu naturel. Notre toute première rencontre avec ce roi de la nature à eu lieu à Arenal. Alors que nous revenions de balade j’ai entendu un “brwaaaaaaaa” reconnaissable sans aucun doute. Cette douce mélodie qui arrache bien l’oreille et que Crakers maitrisait sans nul autre pareil. En effet, il était bien là. Un splendide ara macao. J’ai tellement pleuré d’émotion que finalement j’ai eu du mal à le voir et que j’ai foiré toutes mes photos. Du coup j’étais un peu sur ma faim.

Nous avions entendu parler d’un restaurant où des aras avaient élus domicile. Nous avons donc fait une petite halte au bar Mi Finca pour profiter du spectacle. Ara macao et Ara ararauna (bon eux normalement ne sont pas sensés être au Costa) et toucans étaient les stars du coin.

Tarcolès:

Une fois de plus en quête des aras (oui quand j’ai une idée en tête…) nous nous sommes rendus à Tarcolès. Ils y sont omniprésents et offrent un spectacle aussi coloré que bruyant.

Tarcolès nous a offert également quelques petites péripéties. Nous y avons passé deux nuits. Une en début de semaine avant de rejoindre le sud et une lors de notre retour vers San José.

Le lendemain de notre noyade de 4×4 celui-ci n’a plus jamais voulu démarrer… bon en même temps avec les misères que nous lui avions fait nous pouvions comprendre qu’il souhaite nous quitter. Du coup nous sommes restés coincés plusieurs heures à attendre notre 4×4 de rechange. C’est pas grave cela a fait du rab de ara.

Lors de notre deuxième séjour, veille de reprendre l’avion, nous avons constaté que les portes de la voiture avaient été forcées et que les fils sous le volant avaient été bidouillés. Par contre mes vielles baskets trempées et puantes elles étaient toujours dans la voiture… presque vexant ! Tarcolès pour les aras c’est le top… pour la sécurité un peu moins.

– Parc Manuel Antonio :

Le parc Manuel Antonio est un grand classique du Costa Rica. Une fois de plus les échos n’étaient pas particulièrement positifs mais nous avons voulu tester.

Le parc Manuel Antonio est un des parcs, si ce n’est le parc, le plus visité du pays. Un monde fou foule les différents sentiers. Mieux vaut y aller dès l’ouverture pour profiter de la beauté du site. Le parc en lui même est effectivement magnifique et offre des plages idyllique. Toutefois, l’ambiance qui y règne autour n’est pas des plus sympathiques. Bien loin de la nature sauvage, le secteur est entièrement dédié au tourisme et l’atmosphère ne nous a pas particulièrement parue sereine : gardes armés partout, barbelés et grille sur chaque bâtiment, etc. Bien que cela soit bien présent dans le pays, cela semblait exacerbé dans le coin. Impossible de faire deux pas sans se voir proposer tous types de substances sympathiques 😉 Bon ceci dit nous avons fait quelques rencontres insolites et rigolotes.

Le parc crée en 1972, s’étend sur 682 hectares. Une bonne journée de visite est nécessaire pour y flâner et en profiter.

Il est vrai que pour l’observation des animaux il n’y a pas mieux. Ils sont partout et étant habitués aux touristes ils ne sont pas farouches. Attention d’ailleurs aux ratons laveurs et aux capucins qui n’hésitent absolument pas a venir faire les sacs !

Une fois notre balade dans le parc terminée nous avons mis le cap sur Uvita située un peu plus au sud. Nous avions fait un petit coup de folie en réservant un logement tente perdu dans la montagne. Un coin de paradis.

– Uvita et le parc national Marino Ballena :

Uvita est réputée pour ses spots de surf mais aussi pour sa plage à la forme particulière. En effet, selon la marée celle-ci laisse apercevoir la forme d’une queue de baleine.

Le parc est vraiment magnifique. Le temps était maussade mais une fois de plus cela a créé une ambiance de charme.

Après ces derniers instants de bonheur voilà le temps de rentrer. Après une dernière halte à Tarcolès nous avons rejoins San José pour prendre notre vol de retour.

C’est avec un pincement au cœur que nous quittons le pays. Généralement le Costa Rica ne laisse pas indifférent. Les voyageurs adorent ou détestent. Il est vrai que le pays est très américanisé, le niveau de vie y est excessivement élevé par rapport aux autres pays de l’Amérique centrale. Ainsi, le Costa Rica peut rapidement paraître inauthentique et surfait. Cependant, en creusant un peu et en sortant des sentiers battus il y a une richesse folle ainsi que des gens d’une extrême gentillesse à découvrir. De beaux souvenirs nous raccompagnent à la maison.

¡ ¡ ¡ ¡ PURA VIDA  ! ! ! !


Galerie: