Quelques minutes de train seulement séparent Hida furukawa et Takayama, la petite Kyoto des Alpes japonaises.

Takayama signifie littéralement « haute montagne », la ville étant entourée par des montagnes qui culminent aux alentours des 3000 mètres. Takayama fut édifiée en 1585 par le seigneur féodal Kanamori.

Le quartier de Sanmachi Suji et ses environs :

Un des plus grands attraits de la ville est un réseau de petites ruelles le long desquelles s’alignent des bâtisses datant de la période Edo: résidences privées, boutiques artisanales, brasseries de saké, etc.

Nous nous baladons au gré des petites rues. Pour éviter le monde mieux vaut privilégier le soir ou tôt le matin.

Sarubobo :

La région d’Hida possède une croyance qui lui est propre: les amulettes que l’on nomme sarubobo , qui sont traditionnellement transmisent de grand-mère à petite-fille afin de porter bonheur pour le mariage.

Les marchés du matin (asaichi) :

Les produits en vente sont issus des productions locales. Il est possible de tout goûter avant d’acheter… bon une petite dégustation de poisson séché au réveil ça peut être rude mais il suffit de goûter une petite pâtisserie aux haricots rouges pour oublier le goût du poisson car…c’est encore pire ! 😉

Par contre en aucun cas il ne faut passer à côté des brochettes au bœuf d’Hida ! Addictif !

Higashiyama Walking Course :

Le sentier de Higashiyama permet de découvrir une dizaine de temples situés sur le bas de la montagne. Il traverse Teramachi puis se termine au Shiroyama Park, au pied des ruines du château.

Nous entamons le sentier en fin de journée. La fatigue étant bien présente Crapiotte capitule rapidement et nous écourtons la balade. Ce parcours est mignon et peu fréquenté. Les temples sont beaux mais le sol tout le long en bitume lasse rapidement.

Le village folklorique d’Hida :

A quelques kilomètres au sud-ouest se trouve le village folklorique de Hida (Hida no Sato). Nous avons choisi de nous y rendre à pieds mais finalement cette balade ne présente aucun intérêt, mieux vaut opter pour le bus ou le vélo mais les derniers kilomètres sont bien pentus !

Pour nous réconforter après cette marche sous 35C° nous avons succombé à une petite glace au matcha. Bon pour l’originalité c’est gagné mais pour le réconfort… nous ne nous sommes pas laissés charmer par le matcha.

Le village folklorique d’Hida permet de faire un retour dans le temps et de découvrir le mode de vie d’un village de montagne à l’ère Edo.

Nous y découvrons une trentaine de bâtisses traditionnelles de style gassho-zukuri.

Ces maisons, dont certaines ont plus de cinq cent ans, possèdent un toit fortement incliné fait de bardeaux et de chaume (constructions en forme des mains jointes) afin de résister aux hivers rigoureux qu’offre la région .

Le lendemain, direction Shirakawa-gō!


Galerie (cliquez sur l’image pour l’agrandir):