Nous rejoignons la gare et débutons la journée par un petit déjeuner… typique… ou atypique… je ne sais pas trop finalement !

Notre première étape est la petite ville de Nikko à 150 Kms de Tokyo. Nichée dans les montagnes de la préfecture de Tochigi cette ville est appréciée pour sa nature et sa richesse culturelle.

Le pont Shinkyo :

Nous débutons la promenade par le pont Shinkyo. Ce pont sacré, en bois laqué rouge, délimite l’entrée dans l’enceinte du sanctuaire Futarasan, lieu saint du shintō. Selon la légende, il se trouve là où Shodo Shonin traversa la rivière sur 2 énormes serpents.

Le pont d’origine, bâtit en 1636 était réservé au Shogun et aux messagers de l’empereur.

De l’autre côté du pont se trouve l’entrée du parc national de Nikko. La traversée de celui-ci mène entre autre au sanctuaire Toshogu.

Le sanctuaire Toshogu :

L’entrée se fait par un grand torii de granit. Ce sanctuaire shinto fut construit il y a plus de 400 ans. Il est composé de plusieurs bâtiments organisés autour du mausolée du chef militaire Tokugawa Ieyasu, un des plus influents shoguns du Japon.

Nous découvrons  une imposante pagode à cinq étages, Gojunoto Gojûnotô. Chaque étage de cette pagode représente un élément terrestre : la terre, l’eau, le feu, le vent et le ciel. Nous sommes riquiquis face à tout cela.

La première cour du sanctuaire accueille les visiteurs et la visite commence par l’écurie sacrée. Sur celle-ci nous pouvons observer une des plus célèbres sculptures : celle des Trois singes de la sagesse

« Je n’entends pas le mal, je ne dis pas le mal, je ne vois pas le mal  ».

Différents bâtiments entourent la cour, il s’agit de trois entrepôts sacrés. La richesse et le détail des ornements ne peut que nous laisser admiratifs.

Plus loin nous arrivons à la Porte Yomeimon. Cette porte en impose par sa taille et sa décoration. Elle est appelée « porte de la lumière du soleil » et est ornée de 500 animaux mythiques.

De chaque côté de la porte, nous pouvons observer une statue de deux Shoguns Tokugawa. Cette porte délimite l’accès à proprement parler au sanctuaire Toshogu.

Nous nous enfonçons dans le sanctuaire en passant diverses portes puis un long escalier nous amène au cénotaphe de Tokugawa Ieyasu. Plus sobre et plus mesuré le lieu invite à la contemplation et au recueillement.

Bien que ce lieu soit très visité il nous place sous son charme et emporte notre admiration. Sa richesse architecturale et ornementale le distingue des autres lieux du patrimoine japonnais, qui habituellement se singularisent par leur sobriété. Un lieu hors du temps ou il est bon de laisser divaguer les yeux et l’esprit.

Futarasan Shrine :

A la sortie du Toshogu Shrine, un petit chemin entouré de lanternes nous invite à l’emprunter.

Au bout de celui-ci se trouve le sanctuaire Futarasan Shrine, sanctuaire shinto bâtit en hommage à trois divinités incarnant les montagnes de la région : Ōkuninushi, Takiribime et Ajisukitakahikone.

Après plusieurs heures et plusieurs kilomètres de vadrouille nous décidons de faire une petite halte pour grignoter un petit bout sur le pouce…Petit bout… Petit bout…

Bon après avoir ingéré tout ça nous nous traînons, nous roulons et rampons pour continuer la balade. Nous voulions aller visiter les cascades dans les environs mais nous n’avions pas suffisamment de temps. Nous avons donc opté pour une mini cascade située à seulement quelques kilomètres à pieds.

Nous nous sommes enfoncés dans la forêt en gravissant la montagne et nous sommes tombés par hasard sur de petits sanctuaires totalement isolés.

Leur taille très réduite et leur entretien moindre que ceux en ville nous ont littéralement fait tomber  sous le charme. Le côté isolé et la végétation donnaient aux lieux un air de décor d’Indiana Jones !

Une bonne première journée qui se termine vers 19h au coucher du soleil.


Galerie (cliquez sur l’image pour l’agrandir):