Levé 4h30. Ça pique !!

Le but de ce voyage en Norvège était de voir les orques dans leur milieu naturel.

Chaque année, entre Novembre et Janvier, les orques se rapprochent de Tromsø. Il y a là un important couloir de migration emprunté par les harengs qui attire ainsi les cétacés. Les orques et les baleines à bosse s’y côtoient quotidiennement. C’est d’ailleurs, à cette période et à cet endroit, la plus grande densité de cétacés d’Europe.

Bon, ça c’est en théorie car cette année…bin elles ne sont pas là où nous les attendions…

Selon les explications que nous avons eu, la cause principale de ce changement de migration est le réchauffement climatique et l’augmentation de la température des eaux. Les orques sont restées dans les eaux froides vers Skjervøy, à environs 130 km au nord de Tromsø.

Nous avons donc revu notre programme et avons choisi de nous rendre à Skjervøy, avec WildSeas, organisme axé sur l’eco-tourisme et le travail de conservation. WildSeas collabore avec The Cetacea Project, un organisme à but non lucratif qui met en œuvre un programme de surveillance des mammifères marins et étudie les populations locales de baleines. 

Il était indispensable pour nous de passer par une compagnie responsable et respectueuse.

Initialement nous devions nous rendre au point de ralliement pour partir à 7h, mais la veille les organisateurs ont décidé d’avancer le départ à 6h30 afin que nous puissions passer plus de temps sur place. Le voyage jusqu’à Skjervøy se fait en bus. 251 km, 4 heures de bus et… autant de dodo !

[osm_map_v3 map_center= »69.9293,20.0511″ zoom= »7″ width= »100% » height= »450″ post_markers= »2″]

Vers 9h la lumière pointe le bout de son nez et nous laisse entrevoir un magnifique paysage baigné dans une douce clarté bleutée.

Vers 10h30 nous voila arrivés sur place. Nous embarquons sur le bateau et rencontrons le Capitaine Fred Erik Torhus. Après une explication sur le déroulement de la matinée et les consignes de sécurité nous « prenons le large ». L’excursion se fait en petit comité, 10 personnes en tout et pour tout. Nous sommes donc bien loin de ces gros bateaux charter qui font du tourisme de manière peu scrupuleuse.

Pendant la première heure de navigation notre guide nous fait une présentation sur les cétacés, leur évolution, leur mode de vie etc. Nous espérons encore plus faire de belles rencontres.

Et là…. « We have orcas outside »… Elles sont là, trois orques dont une jeune. Nous apercevons les ailerons, puis le dos, le nez… tout… quel moment.

Les orques ensuite s’éloignent et laissent la place à deux baleines à bosse.

Une fois celles-ci trop éloignées nous retournons au chaud dans le bateau. Petit café en guise de réconfort après le froid bien mordant de l’extérieur. Nous parcourons le site encore un petit moment afin de voir si d’autres rencontres sont possibles. Crapiotte perd un peu espoir, elle serait bien restée des années à observer les orques. Elles sont baptisées les « baleines tueuses » mais l’on ne voit que leur beauté, leur puissance et la magie qui en émane.

Le capitaine fait un second appel. Nous nous rendons donc sur le pont… bien loin d’imaginer le spectacle qui nous attend.

Il fait de plus en plus sombre, la mer s’agite et les vagues noircissent. Pendant quelques instants rien à l’horizon. Puis soudain un son d’une puissance… le son des évents. Elles sont si proches… et si nombreuses. Leurs souffles se font entendre de partout, nous percevons même le son des vagues sur leurs ailerons. Elles se dirigent droit vers nous et il s’agit alors d’une vraie rencontre. Chacun observant l’autre.

Certaines passent à moins de deux mètres du bateau. Nous pouvons distinguer le blanc de leur corps sous l’eau. Une orque passe si près que nous pouvons voir ses yeux. Son aileron de 2 mètres de haut ne peut que nous intimider. Bref… waou… un rêve de plus qui se réalise et pas qu’un peu.

Nous remercions WildSeas pour ce moment de magie. Une pause dans le temps et dans l’espace ou rien d’autre que cet instant ne comptait.

De plus, nous avons apprécié l’attitude du capitaine durant la sortie car il ne « traque » pas les baleines et coupe le moteur du navire dès que nous sommes proches. Il y de nombreuses compagnies qui proposent ce genre de sortie dans les environs de Tromsø. Il est important de bien la choisir. Évitez les gros navires des compagnies peu soucieuses des animaux. Non seulement vous serez en petit comité et de plus vous pourrez profiter de cet instant en harmonie avec la nature.


Galerie: