Tout le monde est sur le pont vers 6 heures.
Ultimes nettoyages et vérifications. Nous avons décidé de prendre notre petit-déjeuner à l’aéroport.

Nous descendons les bagages dans l’entrée.

Dernières cigarettes pour Jérôme et Roxane. Le ciel est encore chargé de neige. Le soleil fait une timide apparition illuminant le paysage.

Jérôme et Roxane parlent avec le propriétaire qui leur apprend qu’en décembre/janvier l’on peut voir des orques dans le fjord où nous sommes allés hier. Encore un voyage en perspective! (qui se concrétisera en décembre pour Jérôme et Roxane).

L’éclaircie aura été de courte durée et la grisaille reprend possession de l’environnement pendant que les chiens de la ferme se coursent dans la neige.

Nous quittons la maison à regret pour gagner l’aéroport (snif).
Jérôme et Roxane vont remettre la voiture pendant que nous gardons les bagages Dany et moi. Nous sommes en avance et le checking fait nous allons prendre notre petit déjeuner.
Dehors les flocons volètent. Un léger coup de « spleen » s’abat sur notre petite équipe.
L’aéroport de Tromsø, sympa et à taille humaine, nous change de la démesure des autres aéroports.
Dernier achat de Roxane à la duty free, un troll pêcheur pour Jérôme. Nous embarquons sans problème. L’avion se dirige ensuite vers les immenses machines qui vont dégivrer l’appareil.

C’est sous la neige que nous quittons Tromsø.

Le vol est sans histoire jusqu’à Oslo. Ici aussi le temps est morose histoire de moins nous faire regretter notre départ.

Nous sommes un peu inquiets, le temps qui nous est imparti pour l’escale étant très court (ça devient une habitude). Le terminal est immense et notre porte d’embarquement à l’opposé de celle où nous sommes arrivés. Belle course dans l’aéroport avec zig-zag partie entre les autres voyageurs. Nous arrivons à notre porte essoufflés mais à l’heure.
Embarquement de nouveau sur un Boeing 737 de la SAS, passage au dégivrage et nous quittons le sol de la Norvège (re- snif). Nous prenons notre envol, sous la neige, direction Copenhague.

Après un vol très court nous atterrissons dans la capitale danoise.
Le centre commercial est vaste. Ah, pardon! C’est un aéroport. Mais c’est difficile à croire tant il y a là de boutiques de luxe (c’en est presqu’indécent).
Par endroit, la fonction aéroport disparait sous la fonction commerciale. Nous trouvons notre porte d’embarquement au milieu des boutiques. L’avion est en retard et comble, le panneau qui devrait l’indiquer est resté bloqué sur le précédent un vol en partance pour Stuttgart. Enfin, nous sommes emmenés en bus au pied de l’avion, un Bombardier (c’est le nom du constructeur pas la fonction).
Il pleut légèrement alors que nous montons sur la passerelle de l’appareil. Le vol se déroule tranquillement jusqu’à Genève.
Le survol des Alpes nous offre un spectacle grandiose en dernier cadeau.

Nous avons quitté la Norvège sous la neige, nous retrouvons le Genevois où il fait 20°. Nous crevons de chaud dans nos habits polaires.
A la maison nous attend un vrai repas français qui met un point final à ce voyage 2017.

 

Un immense merci à la famille qui est venue s’occuper de nos loulous. Sans eux rien de tout cela n’aurait été possible!
Merci!!!

Photos. Jérôme, Roxane, Patrick.