[osm_map_v3 map_center= »68.9384,18.2917″ zoom= »7″ width= »100% » height= »450″ post_markers= »1″]

Lever de bonne heure. La météo matinale semble plus propice à un long déplacement routier qu’hier.

Il ne faut pas se moquer (si possible) des touristes qui renoncent à aller vers Senja pour cause de mauvais temps et se retrouvent en Finlande. Chacun vit avec ses contradictions !

Le petit déjeuner avalé… mais disons quelques mots sur le petit déjeuner à la maison. Bien entendu le choix est plus restreint que sur le bateau ou qu’au buffet des hôtels.

Les filles restent obstinément classiques (thé ou café, pain grillé confiture). Avec Jérôme nous sommes plus « locaux ». Nous allons parfois jusqu’aux harengs marinés. Le plus souvent c’est muesli et pour moi le brunost/confiture, le tout arrosé de thé ou de café selon l’état de torpeur du « déjeuneur ».

Donc, bien rassasiés les uns et les autres, nous mettons le cap sur l’ile de Senja. Nous allons l’aborder par Finnsnes les ferrys du nord de l’ile ne fonctionnant que l’été.

Les routes que nous empruntons sont plus étroites et plus recouvertes de neige que celles de la veille .

Notre itinéraire nous conduit jusqu’à Finnsnes par de petites routes très peu fréquentées.

Il faut préciser que dans la région où nous résidons les distances peuvent être courtes à vol d’oiseau et n’en plus finir par la route tant la côte est échancrée de fjords profonds.
Confettis multicolores soufflés par le vent, bâtiments épars et fermes isolées parsèment l’immensité blanche du paysage.

Comme quasiment tous les jours, la météo est très changeante alternant grisaille et soleil sur des paysages…

Nous traversons parfois quelques bourgades qui abritent un nombre de maisons un peu plus conséquent. Nous arrivons enfin à Finnsnes dont nous ne connaissions que le port entrevu lors des escales avec l’Express Côtier.

Nous mettons le cap sur Gryllefjord. Et toujours ces somptueux paysages que ce soit au centre de l’ile ou sur les bords de mer.

A l’arrivée à Gryllefjord, le temps s’est considérablement dégradé mais les paysages sont toujours envoûtants.

Une tempête est annoncée et la mer commence à s’agiter. La neige tombe mêlée de pluie. Nous essayons en vain de trouver un endroit  où déjeuner. C’est l’hiver et tout est fermé.
Nous reprenons la route direction Hamn où nous espérons trouver un restaurant et  pouvoir déjeuner.

Nous finissons effectivement par en trouver un à Hamn. Ce n’est pas à proprement parler un restaurant, plutôt un centre de vacances. Après conciliabule, les patrons nous acceptent finalement. Le déjeuner est correct. Crudités en entrée, curry de poulet et café. Le tout en libre-service. Les grandes baies du restaurant ouvrent sur le petit port et ses bateaux. Il neige abondamment et c’est vraiment très agréable à regarder.

Nous reprenons la route. Oh! Un Troll.

Et au détour d’un virage…freinage…traversant la route devant nous sans vergogne…DES RENNES!


Le paysage est toujours aussi fabuleux malgré la météo qui se détériore encore un peu plus (mais si, c’est possible).

Avec Jérôme nous descendons au bord de l’eau prendre quelques photos alors que la tempête annoncée vient mordre les côtes. Il souffle un vent glacial.
Stupidement je n’ai pas mis mon anorak. Le panorama méritait le déplacement mais j’ai bien cru attraper une pneumonie.

Finalement, la tempête annoncée se résumera fort heureusement à une mer un peu agitée.
La route sur le pourtour de l’ile s’achève à Finnsnes et nous remettons le cap sur Tromsø.
Fjords, montagnes, rivières gelées, petite maisons perdues loin de tout et de la neige, de la neige, de la neige.
Une fois de plus, retour à la maison de nuit. Repas au chaud alors que dehors…


Galerie.